Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Retenues en Andorre et CDI avec l'Espagne

Un VPN est un élément essentiel de la sécurité informatique, que vous commenciez une entreprise ou que vous soyez déjà opérationnel. La plupart des interactions et transactions commerciales se produisent en ligne et VPN

Lorsqu'un revenu, un actif, un produit ou un service ou, en bref, une action soumise à l'impôt est susceptible d'être imposé dans deux ou plusieurs juridictions différentes, conflit de double imposition. Les deux pays se sentent séparés du pouvoir d'appliquer leur législation et leur réglementation à l'événement imposable, et le contribuable peut être laissé sans défense et injustement maltraité, et peut entraîner retenues à l'origine et à la destination.

D'un autre côté, les États appliquent généralement un impôt sur les revenus générés à la fois par les personnes physiques et morales sur leur territoire qui ne sont pas résidents fiscaux en son sein grâce à un chiffre fiscal qui est généralement appelé IRNR (impôt sur le revenu pour les non-résidents). Cette taxe suppose que lorsqu'une personne ou entité opère ou travaille à l'international, ce type de conflit se produit toujours la double imposition, puisque les revenus peuvent être imposés dans la juridiction où ils ont été générés (par l'IRNR) ou dans le pays où ladite personne ou entité réside à des fins fiscales (critère habituel).

Le conflit est né par deux faits générateurs qui se chevauchent: celle de la source des revenus et celle de la résidence du bénéficiaire desdits revenus. L'impôt sur les non-résidents, appelé en anglais "retenues à la source" ou "retenue à la source", lorsqu'il est appliqué en tenant compte de l'emplacement de la source et donc du payeur du revenu et non du bénéficiaire de celui-ci, entraîne retenues à la source à effectuer par le payeur, donc appelées retenues à la source, puisque l'impôt est retenu ou déduit du revenu à recevoir à l'avance dans le pays d'origine.

Comme si cela ne suffisait pas, dans la plupart des États, il existe également des «retenues à la source» ou des impôts sur la source de revenus appliqués aux résidents de ladite juridiction, comme les fameuses retenues d'impôt sur le revenu des retenues à destination, de telle manière qu'un payeur qui émet un revenu au niveau international doit payer et retenir deux fois le même revenu, en comptant séparément ce que ledit revenu doit être payé par le bénéficiaire du même revenu.

Pour atténuer ce problème, c'est pourquoi le conventions de double imposition ou CDI entre les différents pays, dans lequel il est convenu de la manière dont les revenus des opérations internationales sont imposés pour autant qu'ils profitent à la fois aux juridictions et aux contribuables en évitant de payer deux fois les mêmes revenus. C'est à cause de ça Les CDI, les retenues à la source et les impôts sur les revenus des non-résidents ou les IRNR sont des sujets ou des concepts qui ont toujours tendance à aller de pair.

Chez Andorra Insiders, nous avons déjà parlé CDI qu'Andorre avait signé avec de nombreux pays après le processus de ouverture économique faite et cela lui a permis d'approcher des positions. Ces conventions suivent généralement le modèle de l'OCDE de sorte que, dans le cas où une interprétation est nécessaire, elle est effectuée sur cette base et elles s'appliquent généralement aux personnes physiques et morales, et évaluent les cas dans les deux sens, en établissant dans chacun quel État a le pouvoir d'imposer le revenu et comment il doit.

Eh bien, après cette introduction, nous allons voir aujourd'hui plus en profondeur le CDI d'Andorre avec l'Espagne ça aussi vous pouvez vérifier ici, afin que nous puissions voir comment le revenu est imposé, si les retenues à la source sont appliquées et comment elles sont appliquées, et quand des exonérations de double imposition peuvent être appliquées en raison de l'IRNR.

L'accord de double imposition entre Andorre et l'Espagne

Comme nous l'avons dit, les CDI sont indispensable pour un pays qui veut s'ouvrir à l'international, car ils facilitent la promotion des investissements étrangers et favorisent la compétitivité des entreprises nationales lorsqu'elles opèrent à l'étranger. En ce sens et après de nombreuses négociations, le 8 janvier 2015, Andorre et l'Espagne ont finalement signé le CDI, pour entrer en vigueur le 26 février 2016.

La signature de cet accord mettre fin à la taxe sur les retenues à la source que l'administration espagnole appliquait aux entreprises, entrepreneurs et salariés résidant en Andorre qui souhaitaient exporter leurs services vers l'Espagne, étant ainsi l'une des meilleures incitations pour attirer des personnes, des capitaux et des entreprises en Principauté d'Andorre.

Le CDI clarifie actuellement le traitement fiscal des impôts suivants:

  • Impôt sur les sociétés
  • Impôt sur le revenu
  • Impôt sur le revenu pour les non-résidents fiscaux
  • Impôt sur les plus-values sur les transferts de propriété

Conflit de double résidence

Avant d'aborder l'application de la fiscalité en fonction des différents revenus obtenus dans les pays, il faut commenter un autre point important que le CDI aborde entre l'Espagne et Andorre. Et est-ce que chaque juridiction applique ses propres règles et exigences de considérer une personne physique ou morale comme résidente fiscale, et ces critères peuvent varier et le conflit dit de double résidence peut passer, selon lequel une personne est considérée comme résidente fiscale dans deux juridictions différentes en même temps.

Comme nous l'avons dit, les conventions de double imposition tentent également d'éviter cela en établissant un protocole et un système d'exigences communes à suivre pour déterminer le lieu de résidence d’une personne ou d’une entité. En gros et sans entrer dans plus de détails, les exigences à évaluer sont:

  1. Une personne est considérée comme un résident fiscal de l'État où elle a maison permanente à votre disposition.
  2. Si vous disposez d'un logement permanent dans les deux États, le premier serait considéré centre d'intérêts économiques pour déterminer dans quel État il réside (où il exerce une activité économique) et en cas d'incapacité de discerner le centre d'intérêts vitaux (c'est-à-dire là où vous avez les relations personnelles et économiques les plus étroites).
  3. Si le critère 2 ne peut être déterminé, il serait considéré comme un résident de l'État où tu passes habituellement la nuit, où je passe plus de nuits.
  4. S'il passait habituellement la nuit dans les deux États, ne le faisait pas dans l'un ou l'autre ou ne pouvait être déterminé, il serait considéré un résident de l'État dont il est ressortissant.
  5. Enfin, si la personne était ressortissante des deux États ou de l'un ou l'autre des deux États, les autorités compétentes résoudraient le cas de accord mutuel entre eux.

Donc, comme nous le voyons les critères sont assez subjectifs tous sauf le premier, pour avoir un logement permanent à votre disposition. C'est pourquoi nous soulignons, nous souvenons et recommandons toujours à tous résidents en Andorre qu'en premier lieu, ils remplissent leurs obligations, telles que celle de résider 183 jours ou plus dans le pays, et qu'ils se dissocient autant que possible de leurs activités antérieures en Espagne. Dans ce dernier comme on le voit Il est essentiel d'avoir un logement permanent uniquement en Andorre et PAS en Espagne.

Comment éviter la double imposition

Avant de commencer à voir comment les différents revenus sont abordés en fonction de leur typologie, il faut noter qu'il y a différentes méthodes pour éviter ou éliminer la double imposition. Bien que dans cet article, nous n'allons pas entrer dans les différences entre déductions, réductions, primes, compensations, etc. nous voulons qualifier la façon dont cela se fait en général.

La manière de procéder est la suivante:

  • Tout d'abord, déterminez si, dans le pays ou l'État d'où provient le revenu, soumis à l'impôt, aux retenues.
  • Si oui, alors les retenues sont établies qui doit être appliqué dans l’état d’origine du revenu.
  • Une fois établi, dans le pays ou l'État où réside le bénéficiaire du revenu, le résultat Soustraire du montant que ces revenus doivent être imposés si le montant payé dans la juridiction d'origine des revenus a été généré dans ledit État, dans la limite de ce qu'ils seraient imposés dans l'État de résidence (cela ne peut pas être négatif).

C'est pourquoi, puisque en Andorre en général, le taux général sur les revenus des entreprises et des particuliers est de 10%, lorsque le revenu est retenu à la source dans plus d'un 10% en Andorre, ils ne sont pas imposés, puisque l'impôt est entièrement déduit pour avoir payé un montant supérieur à ce qui correspondrait si ces revenus avaient été générés en Andorre.

De même, si un résident espagnol perçoit des revenus reçus d'Andorre, seul un maximum de 10% peut être déduit de ses impôts (IRPF ou impôt sur les sociétés), ce qui correspond à ce que ces revenus sont imposés à la source en Andorre.

Traitement des bénéfices de l'entreprise

Selon le CDI susmentionné, Les impôts sur les bénéfices des sociétés ne peuvent être appliqués que dans l'État où réside la société qui les obtient, à moins que l'activité dont ils proviennent soit exercée dans l'autre État par le biais d'un établissement stable (EP). Autrement dit, les bénéfices commerciaux des sociétés andorranes sont exclusivement imposés en Andorre, sauf si elles opèrent avec un établissement stable en Espagne, qui dans ce cas sera imposé à l'État espagnol comme s'il s'agissait d'une entité indépendante.

Nous vous recommandons d'accéder au précédent ou de faire une recherche sur Internet pour savoir ce qu'est un lien permanent en matière fiscale, à condition qu'ils puissent avoir une meilleure compréhension.

Ainsi, auparavant, lorsqu'une société andorrane émettait une facture à des personnes physiques ou morales en Espagne, une retenue de 24% était appliquée par l'IRNR espagnol, et Après l'entrée en vigueur du CDI, ces revenus ne sont imposés qu'en Andorre. Par exemple, pour une facture de 10000 € émise par une société andorrane à une société espagnole:

  • Avant le CDI: Imposition à la source dans l'État où le revenu est obtenu (Espagne, 24%, 2400 €) et imposition en Andorre, avec possibilité d'appliquer des exonérations de double imposition (taux effectif de 24%, uniquement en Espagne).
  • Après le CDI: Fiscalité exclusive en Principauté d'Andorre (taux effectif de 10% après déduction des charges).

Revenus de l'immobilier et des événements artistiques et sportifs

D'un côté l'immobilier, comme son nom l'indique, est considéré sur le territoire où il est immatriculé, et donc leurs revenus doivent être imposés dans ce même pays. Il est à noter que les propriétés agricoles ou forestières sont incluses dans cette mention. La même chose se produit avec événements ou activités d'athlètes et d'artistes sur le territoire d'une juridiction, qui sont tenus de payer des impôts dans cette même juridiction indépendamment du fait que la juridiction de résidence applique par la suite ses propres impôts sur les revenus perçus.

La seule exception à ce cas est lorsque l'État de résidence finance les activités réalisées par des artistes ou des athlètes grâce à des fonds publics de telle sorte qu'il s'agit de la principale forme de financement de l'activité qui, bien qu'exécutée dans l'autre État, c'est l'État de résidence qui a le pouvoir d'appliquer ses impôts (celui de l'origine des fonds).

Par exemple, pour les retours immobiliers ou un événement artistique ou sportif normal en Espagne pour lequel 10000 € sont reçus:

  • Avant le CDI: retenues à la source dans l'État où le revenu est obtenu (Espagne, 24%, 2400 €) et imposition en Andorre, avec possibilité d'appliquer des exonérations de double imposition (taux effectif de 24%, uniquement en Espagne).
  • Après le CDI: Fiscalité en Espagne (Espagne, 24%, 2400 €) et fiscalité en Andorre obtention de crédits d'impôt pour impôts payés en Espagne (taux effectif de 24%, uniquement en Espagne).

En revanche, si un événement culturel est organisé à Barcelone lié à Andorre et financé principalement par le gouvernement d'Andorre:

  • Avant le CDI: Imposition à la source dans l'État où le revenu est obtenu (Espagne, 24%, 2400 €) et imposition en Andorre, avec possibilité d'appliquer des exonérations de double imposition (taux effectif de 24%, uniquement en Espagne).
  • Après le CDI: Fiscalité exclusive en Principauté d'Andorre (taux effectif du 10% après déduction des charges ou avec une exonération de 3.000 € de revenus s'il s'agit d'une personne physique).

Retenues pour dividendes des entreprises

Malgré l'entrée en vigueur du CDI, lLa réception de dividendes est toujours soumise à des retenues à la source, bien qu'à un taux beaucoup plus faible. Ainsi, si un résident andorran perçoit des dividendes d'une société espagnole, pour un montant de 10000 €:

  • Avant le CDI: Imposition à la source dans l'État où le revenu est obtenu (Espagne, 19%, 1 900 €) et imposition en Andorre, avec possibilité d'appliquer des exonérations de double imposition (taux effectif de 19%, uniquement en Espagne).
  • Après le CDI: Taxer un 5% à la source (Espagne, 500 €) si le bénéficiaire est une société et participe au moins à un 10% de la société qui distribue des dividendes, et un 15% (Espagne, 1500 €) dans les autres cas. Ensuite, en Andorre, des exemptions de double imposition peuvent être appliquées (le taux effectif de 10% étant 5% dans chaque pays / 15%, uniquement en Espagne).

Retenues sur gains en capital

C'est l'un des meilleurs points de la convention de double imposition entre Andorre et l'Espagne, bien qu'il soit plus difficile d'établir le traitement. Plus précisément, il est établi que Les plus-values seront imposées exclusivement dans le pays de résidence du bénéficiaire, qu'il soit une personne physique ou morale, sauf dans les cas suivants pouvant impliquer une imposition dans les deux États:

  • Bénéfices de la vente de biens immobiliers.
  • Les gains provenant de la vente de biens meubles faisant partie des actifs d'un établissement stable.
  • Bénéfices de la vente de navires, d'aéronefs ou de biens mobiliers liés à l'exploitation de ceux-ci.
  • Gains provenant de la vente d'actions / participations ou de droits similaires dans une société dans laquelle plus de 50% de sa valeur proviennent directement ou indirectement de l'immobilier.
  • Gains provenant de la cession d'actions représentant une participation d'au moins 25% du capital dans une société non cotée résidant dans l'autre État.
  • Les gains provenant de la vente d'actions ou d'autres droits qui confèrent le droit de jouir d'un bien immobilier situé dans l'autre État.

Ainsi, il convient de noter que dans le cas de actions cotées d'une société dans l'un des États contractants, les bénéfices ne seront imposés que dans l'État de résidence de la personne qui obtient le profit.

Par conséquent, dans le cas de la vente d'un bien immobilier en Espagne, une société non cotée dans laquelle elle participe à plus de 25% du capital ou une société dont l'actif principal est un bien immobilier situé en Espagne, en supposant qu'ils laissent une plus-value de 10000 € :

  • Avant le CDI: Imposition à la source dans l'État où le revenu est obtenu (Espagne, 19%, 1 900 €) et imposition en Andorre, avec possibilité d'appliquer des exonérations de double imposition (taux effectif de 19%, uniquement en Espagne).
  • Après le CDI: Fiscalité en Espagne (Espagne, 19%, 1 900 €) et fiscalité en Andorre obtention de crédits d'impôt pour impôts payés en Espagne (taux effectif de 19%, uniquement en Espagne).

En revanche, si une personne physique ou morale résidant en Andorre vend des actions d'une société espagnole cotée en bourse ou dans laquelle elle participe à moins de 25% du capital total, obtenant une plus-value nette de 10000 euros pour plus-values:

Imposition des intérêts et des redevances

Avec le CDI Les retenues appliquées à tous les types d'intérêts et de redevances sont maintenues, mais puisqu'elles les ramènent à un taux de 5%, l'imposition effective est réduite par des exonérations de double imposition à 10%: 5% en Espagne et 5% en Andorre.

Cependant, cette taxation ne s'applique pas oui:

  1. Le bénéficiaire effectif des intérêts ou redevances, résidant dans l'un des États, exerce dans l'autre État d'où proviennent les revenus desdits intérêts ou redevances, une activité économique par l'intermédiaire d'un établissement stable, et
  2. Le droit ou le bien générant les redevances est effectivement lié audit établissement stable.

D'un autre côté, les redevances sont les montants payés pour l'utilisation ou la concession de l'utilisation du droit d'auteur y compris les films cinématographiques et téléfilms, et les enregistrements destinés à la diffusion par radio ou télévision, de brevets, marques, dessins, plans, formules ou procédures secrètes, ou informations relatives à l'expérience industrielle, commerciale ou scientifique.

Et enfin il y a quelques des exceptions à considérer que les intérêts sont exonérés d'impôt lorsqu'ils proviennent d'administrations publiques:

  • Les intérêts reçus par un État, une de ses subdivisions politiques, une de ses entités locales ou des personnes morales de droit public détenues à 100% par ces organismes ne peuvent être imposées dans l'État d'origine des revenus d'intérêts.
  • Les intérêts payés par l'un de ces États, les subdivisions politiques ou les entités locales ne peuvent pas non plus être imposées.

Ainsi, en supposant qu'un résident andorran obtienne 10000 € d'intérêts pour un prêt à une entreprise espagnole ou des redevances pour l'exploitation d'une marque en Espagne:

  • Avant le CDI: Imposition à la source dans l'État où le revenu est obtenu (Espagne, 19%, 1 900 €) et imposition en Andorre, avec possibilité d'appliquer des exonérations de double imposition (taux effectif de 19%, uniquement en Espagne).
  • Après le CDI: Taxer un 5% à la source (Espagne, 500 €). Après cela, vous êtes imposé en Andorre en appliquant des crédits d'impôt de double imposition (le taux effectif de 10% étant 5% en Espagne et 5% en Andorre).

Retenues pour revenus salariaux en tant que travailleur

Le soi-disant revenu du travail, qui comprend les salaires et autres revenus similaires, est soumis aux impôts du pays de résidence d'où ils proviennent, sauf si les travaux effectués ont été exécutés dans l'autre État. De plus, dans ce dernier cas, les revenus sont également soumis au pays de résidence si ces trois conditions sont remplies:

  • La personne qui les reçoit demeure sur le territoire de l'État où elle travaille pendant une période ou des périodes dont la durée n'excède pas un total de 183 jours au cours de toute période de douze mois qui commence ou se termine dans l'année financière considérée.
  • La masse salariale est un employeur qui ne réside pas dans l'État où le travail a été effectué, ou qui est payé au nom d'un employeur qui ne réside pas dans cet État.
  • La rémunération n'est pas prise en charge par un établissement stable que l'employeur a dans l'État où le travail a été effectué.

Ainsi, si un résident andorran effectue un travail en Espagne pendant 5 mois pour une société ou personne espagnole non résidente, et perçoit 10000 €, son traitement fiscal est:

  • Avant le CDI: Imposition à la source dans l'État où le revenu est obtenu (Espagne, 24%, 2400 €) et imposition en Andorre, avec possibilité d'appliquer des exonérations de double imposition (taux effectif de 24%, uniquement en Espagne).
  • Après le CDI: Fiscalité exclusive en Principauté d'Andorre (taux effectif du 10% après déduction des charges ou avec une exonération de 3.000 € de revenus s'il s'agit d'une personne physique).

Administrateurs et postes dans les organes d'administration des entreprises

La rémunération perçue par les administrateurs et les autres postes au sein des conseils d'administration d'une société est soumise à Imposition à la fois dans l'État de résidence du membre du conseil d'administration (qu'il s'agisse d'une personne physique ou morale) et dans celui de l'entité payante.

Par exemple, si un résident andorran est dirigeant d'une société espagnole et perçoit une rémunération pour son travail à ce poste de 100000 €:

  • Avant le CDI: Imposition à la source dans l'État où le revenu est obtenu (Espagne, 24%, 24 000 €) et imposition en Andorre, avec possibilité d'appliquer des exonérations de double imposition (taux effectif de 24%, uniquement en Espagne).
  • Après le CDI: Fiscalité en Espagne (Espagne, 24%, 24 000 €) et fiscalité en Andorre obtention de crédits d'impôt pour impôts payés en Espagne (taux effectif de 24%, uniquement en Espagne).

Compensation, pensions de retraite et autres

Bien que le traitement de ce type de revenu ne soit pas seulement déterminé par la convention de double imposition, mais aussi par le accord de sécurité sociale entre l'Espagne et Andorre, en général, les deux accords établissent que les pensions de retraite et autres pensions et rémunérations similaires versées au titre d'un emploi antérieur, sont soumises à l'impôt exclusivement dans l'État de résidence du bénéficiaire, étant ainsi libre de retenues à la source. Avant ces accords, ils étaient imposés dans les deux États.

En ce qui concerne les revenus perçus pour le travail effectué pour un État ou l'une de ses subdivisions ou entités locales par un résident de l'autre État, ils sont imposés dans cet État, source de revenu et où le travail est effectué, bien qu'il existe certaines exceptions.

Enfin, il est également établi que lLes revenus perçus par les étudiants, apprentis ou stagiaires ne sont pas imposés dans l'État où se déroulent les études toujours que:

  • Ces loyers sont destinés à couvrir vos frais d'entretien, d'études ou de formation pratique.
  • Les revenus proviennent de sources extérieures à cet état.

Laisser un commentaire

Retenues en Andorre et CDI avec l'Espagne | Insiders d'Andorre

Retrouvez-nous sur les réseaux

À propos de nous

Andorra Insiders est une plateforme professionnelle de services juridiques, fiscaux et comptables, spécialisée dans la création d'entreprises et l'implantation de personnes en Principauté. 

Partager sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Articles les plus récents