Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Dette publique andorrane et solvabilité économique

Un VPN est un élément essentiel de la sécurité informatique, que vous commenciez une entreprise ou que vous soyez déjà opérationnel. La plupart des interactions et transactions commerciales se produisent en ligne et VPN

Bien qu'en Espagne la dette publique soit souvent qualifiée de problème structurel, en Andorre, c'est un problème moins grave et, en plus, ses attentes pour l'avenir doivent beaucoup s'améliorer. Bien que les politiciens andorrans, comme tout autre dans cette profession, aiment dépenser l'argent des contribuables où bon leur semble, ils savent qu'il y a une limite, qu'un futur retour sur investissement doit être attendu et que à partir d'un certain point, beaucoup de dettes peuvent être complètement insoutenables.

De plus, comme l'Andorre n'est pas et n'a jamais été intégrée à l'Union européenne, ses possibilités de financement ont toujours été limitées et sa dette publique a normalement été marquée par une note relativement plus faible que les pays voisins, ce qui a indirectement causé que l'État doit être responsable de ses finances et de sa comptabilité comme le fait tout citoyen ordinaire.

Dette publique andorrane

Ainsi, si nous nous référons à dernier rapport statistique préparé et publié par le département du gouvernement d'Andorre, on peut voir ça le microétat a réduit le niveau de la dette publique mesuré régulièrement ces dernières années, de 1,04 milliard d'euros en 2016 à 997 millions en 2019. Mesurée sur le Produit Intérieur Brut (PIB), la baisse est encore plus pertinente, passant de 39,8% de PIB en 2016 à 35,4% en 2019. Le tout en plus de maintenir une pression fiscale de 25% durant les quatre années analysées.

Par conséquent, même en considérant qu'évidemment pour les années 2020, 2021 et au-delà, la dette publique va monter en flèche, elle est loin d'atteindre des niveaux dangereux tels que celui prévu pour l'Espagne, de 125% de PIB. Ainsi le petit pays des Pyrénées aura marge pour faire face aux crises sanitaire et économique causées par le covid-19 sans mettre en péril votre solvabilité financière.

Attentes pour la croissance future

Ce fait est plus sûr compte tenu, comme nous l'avons mentionné, des attentes de croissance économique future en Andorre. Par exemple, dans une présentation du ministre de la Présidence, de l'Économie et des Affaires du gouvernement d'Andorre Jordi Gallardo Fernández, il est calculé que le montant monétaire des investissements étrangers réalisés au cours des six premiers mois de 2021 s'élevait à 444 millions, un chiffre plus du double de celui de l'année précédente, 2019, alors que 189 millions ont été investis au cours de la même période.

De même, compte tenu du nombre de dossiers déposés, ils sont passés de 276 en 2019 à 535 en 2021, ce qui représente un volume d'investissement moyen de plus de 800 000 € par dossier. Cela montre qu'avant la polémique et viralisation dues à l'implantation d'El Rubius en Andorre et les pires attentes qui sont prévues pour l'Espagne dans les années à venir, Andorre est très susceptible d'attirer des capitaux et des entreprises de ces pays qui pourraient se délocaliser.

Comme nous l'avons commenté dans nos articles sur la télétravail et les entrepreneurs numériques, la pandémie de coronavirus SARS-COV-2 a entraîné et accéléré la numérisation des entreprises et des emplois et Andorre est une très bonne juridiction pour ceux qui exercent leur activité économique de manière virtuelle et à distance, sans dépendre d'un emplacement physique spécifique. Ce serait donc une raison de plus pour soutenir les attentes d'Andorre en matière de prospérité future et donc de solvabilité financière.

Enfin, il convient de mentionner le Plan Horizon 23 du Gouvernement d'Andorre, qui contient les mesures à mettre en œuvre pour le scénario post-pandémie du gouvernement andorran, dans la continuité de la transformation que l'Andorre est en train de réaliser depuis plus d'une décennie, qui marque également la orientations économiques futures de l'Andorre en tant que pays touristique, rural et naturel, numérisé et moderne et qui soutient les secteurs de technologie et d'innovation les plus pointus, renforçant également le tourisme sportif, de montagne, de loisirs et de divertissement et d'achat.

Entrée au FMI

Comme nous l'avons commenté en son temps, Andorre a rejoint le Fonds monétaire international (FMI) en tant que membre 190 en octobre de l'année dernière. Depuis lors, l'entité et le Gouvernement ont tenu plusieurs réunions avec les acteurs publics et privés du pays afin de recueillir des informations et d'émettre un rapport, appelé Article IV, qui est fait périodiquement à tous les membres du Fonds et qui a été soumis à l'approbation du Conseil d'administration de l'entité.

Jover a souligné que Le FMI apprécie très positivement la gestion de crise menée en Principauté mais ils ont également évoqué les mesures économiques mises en place par l'Exécutif, qui ont permis de réduire les effets négatifs de la pandémie pour l'économie et les bonnes perspectives de reprise pour le pays. Par exemple, Mitra a souligné que le FMI recommande de créer plus de réserves à l'étranger qui devraient atteindre 12% de PIB. Actuellement, l'Andorre dispose déjà d'un 2% grâce aux dépôts de la Principauté au FMI.

D'un autre côté aussi l'importance de publier des statistiques conformément aux normes internationales est reconnue. En ce sens, il est souligné que de grands progrès sont réalisés dans le développement de données plus complètes sur l'économie andorrane pour améliorer le suivi et la supervision. Le fait est que Rejoindre le FMI donne à Andorre une plus grande confiance au niveau international et donc la capacité de se financer plus et moins cher, permettant ainsi un redressement plus facile et sans remettre en cause votre solvabilité financière.

Succès total de la première émission obligataire

Un exemple de l'effet de ce qui précède était la placement de dette publique le 28 avril de cette année. Le ministre des Finances et porte-parole du gouvernement, Eric Jover, et le secrétaire d'État aux Affaires financières internationales, Marco Ballesta, ont présenté le résultat de l'émission internationale d'obligations vertes, sociales et durables, qui a débuté à 9 heures et s'est clôturée par le placement de la totalité de l'émission de 500 millions d'euros. C'était la première diffusion internationale d'Andorre, et il a été possible de se matérialiser grâce à l'homologation internationale Cela a été fait par le gouvernement lors de l'adhésion au Fonds monétaire international (FMI) en octobre 2020.

L'opération a été lancée en une seule émission de 500 millions d'euros cotée au Luxembourg, se plaçant entièrement auprès de 157 investisseurs de 19 pays (Andorre, Allemagne, Suisse, Espagne, France, Royaume-Uni, Luxembourg, Portugal, Slovénie, Hollande, Israël, Slovaquie , Italie, Autriche, Monaco, Finlande, États-Unis, Belgique et Bulgarie). Le ministre a expliqué que la demande a presque quintuplé l'offre de 500 millions d'euros d'obligations de dette publique et 2,4 milliards d'euros ont été demandés, répartis entre les 157 investisseurs.

Cette émission de 500 millions d'euros placée Ce n'est pas seulement le premier à être réalisé à l'international, mais aussi celui avec le plus grand volume qu'Andorre ait jamais réalisé.. La valeur nominale des obligations institutionnelles de ladite dette publique est de 100 000 euros avec un taux d'intérêt de 1 251 TP1T et une maturité de 10 ans. De plus, il s'agissait d'une émission inaugurale qui nous a permis de rencontrer de nombreux investisseurs qui pourront sûrement interagir davantage à l'avenir avec l'économie andorrane, qui a vu sa dette diversifiée et mieux structurée (la maturité moyenne est passée de 2,2 ans à 5,1 ans).

Les notes des agences de notation s'améliorent

La notation Standard & Poors

Le lundi 19 juillet 2021, l'agence internationale Standard & Poors (S&P) a réaffirmé dans une note publiée la notation d'Andorre à "BBB/A-2" et a maintenu les perspectives stables du pays. L'agence de notation a souligné que l'évaluation de la Principauté d'Andorre prend en compte sa propre « attente d'un rebond économique après le choc économique temporaire provoqué par la pandémie ». En effet, Standard & Poors prévoit, après la récession provoquée par la pandémie en 2020, "une solide reprise économique de 2021 à 2024".

Ainsi, malgré la baisse du PIB de 11,8% en 2020, Standard & Poors considère que Les « excédents importants » pré-pandémiques et l'allégement de la dette ont donné aux autorités une marge de manœuvre suffisante pour prendre des mesures pour soutenir l'économie tout au long de la pandémie et gérer les conséquences dérivées de la situation sanitaire. "La position budgétaire solide d'Andorre avant le début de la pandémie a permis au gouvernement d'amortir l'impact économique négatif, évitant ainsi une récession plus profonde et plus longue", soulignent-ils dans la note.

L'agence internationale a également révélé que le Gouvernement continue de montrer son attachement à l'une des priorités d'Andorre : l'ouverture de l'économie aux investisseurs étrangers, soulignant notamment l'entrée dans le Fonds monétaire international (FMI) en octobre dernier comme "point d'ancrage économique" qui contribue à la résilience économique et budgétaire du pays. La première émission d'obligations publiques internationales en avril a également été valorisée positivement.

Ainsi, comme nous l'avons dit, malgré l'augmentation des déficits en 2020 et 2021, l'Andorre a sécurisé et diversifié ses sources de financement. Finalement, Standard & Poors encourage le Gouvernement de la Principauté à conclure un accord d'association avec l'Union européenne, ainsi que de poursuivre les efforts déployés ces dernières années pour s'adapter aux normes internationales de surveillance financière.

La notation Fitch Ratings

L'agence d'évaluation Fitch Ratings a également souligné la bonne trajectoire que suit l'Andorre, réaffirmant la notation de sa dette publique à BBB+ et les perspectives stables. Dans la note publiée par l'agence vendredi 23 juillet, les évaluateurs prévoient une reprise du PIB andorran de 4,5% en 2021 et de 5,2% en 2022, malgré sa forte baisse en 2020 en conséquence de la pandémie, et ils évoquent la diminution progressive du taux de chômage du pays.

Ils ont également souligné la progression reprise du secteur touristique au cours du deuxième trimestre 2021, coïncidant avec l'assouplissement des restrictions de mobilité, puisque les mêmes chiffres que le même mois de 2019 ont été atteints en juin. Concernant le pourcentage d'endettement par rapport au PIB, le rapport souligne que le ratio andorran, bien qu'ayant augmenté, est inférieur à la moyenne des pays que l'agence classe comme « BBB ». Ce ratio devrait donc se stabiliser en 2022 et commencer à diminuer progressivement à partir de 2023.

Fitch Ratings souligne les politiques entreprises par l'Exécutif pour accélérer les plans d'élargissement des sources de financement, mentionnant également l'émission d'obligations de la dette publique et notant que l'accès au marché international des capitaux a permis de réduire les risques de refinancement du Gouvernement. Soulignant le travail accompli par Andorre depuis son adhésion au FMI en octobre 2020, en obtenant les données statistiques manquantes et en publiant la balance des paiements, Fitch Ratings souligne que le secteur bancaire andorran dispose d'une marge suffisante pour résister aux conséquences de la pandémie.

Laisser un commentaire

Dette publique andorrane et solvabilité économique

Retrouvez-nous sur les réseaux

À propos de nous

Andorra Insiders est une plateforme professionnelle de services juridiques, fiscaux et comptables, spécialisée dans la création d'entreprises et l'implantation de personnes en Principauté. 

Partager sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Articles les plus récents