Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Andorre et l'Union européenne : relations et accord

Un VPN est un élément essentiel de la sécurité informatique, que vous commenciez une entreprise ou que vous soyez déjà opérationnel. La plupart des interactions et transactions commerciales se produisent en ligne et VPN

Comme nous l'avons déjà nommé dans notre article sur l'appartenance à la Principauté, Andorre n'appartient pas à l'Union européenne. Il ne fait pas partie de cette organisation en tant que pays membre de la même et ne l'a jamais été, contrairement à ses voisins l'Espagne et la France. Cependant, les relations internationales entre l'Andorre et l'Union européenne sont assez fortes actuellement et fructueux, et chaque fois ils le sont davantage.

Plus précisément, Andorre a fait pendant les trois dernières décennies avec l'UE nombreux accords en termes monétaires, commerciaux et douaniers pour que ses frontières ne soient pas un chaos absolu pour le simple fait de ne pas appartenir à cette organisation. Cependant, à ce jour, Il s'agit d'une relation juridique partielle et fragmentée qui rend difficile pour les opérateurs économiques, les travailleurs et les citoyens d'Andorre d'interagir avec le marché intérieur de l'UE sur un pied d'égalité avec les citoyens d'un État membre de l'Union européenne (UE) ou de l'Espace économique européen (EEE).

C'est pourquoi la Principauté d'Andorre veille au maintien de relations bilatérales étroites et une forte coopération avec l'Union européenne et le Secrétariat d'État aux Affaires européennes coordonne la négociation des accords avec l'UE, supervise leur application ultérieure et suit les questions européennes d'actualité susceptibles d'intéresser la Principauté.

Étant une question si importante dans la politique étrangère andorrane, dans cet article, nous allons expliquer brièvement l'histoire juridique internationale entre les deux.

Les accords déjà signés

Déjà avant la promulgation de la Constitution andorrane de 1993, la Principauté a signé l'« Accord entre la Communauté économique européenne et la Principauté d'Andorre » à la mi-1990. Cet accord en matière douanière est entré en vigueur en 1991 et implique que l'Andorre est traitée comme un État membre de l'UE en ce qui concerne le commerce des produits manufacturés, mais pas pour les produits agricoles. Cependant, des contrôles douaniers complets étaient en place du côté de l'UE de la frontière, car les faibles taxes indirectes, en particulier celles sur l'alcool, le tabac et l'essence, étaient propices à la contrebande.

Plus tard, En 1997, le protocole vétérinaire complémentaire de l'accord commercial a été signé, entrée en vigueur le 1er mars 1998. L'Andorre adopte une réglementation communautaire en matière vétérinaire adaptée aux spécificités du pays, afin que le territoire de la Principauté d'Andorre soit intégré à l'aire géographique vétérinaire de l'Union européenne. Par conséquent, l'Andorre et l'UE peuvent échanger librement des animaux vivants et des produits d'origine animale.

Dans 2003 et 2004 deux autres conventions ont été signées : l'une pour la coopération et l'autre pour la fiscalité de l'épargne. Le premier couvrait l'environnement, les communications, l'information, la culture, les transports, la coopération régionale et transfrontalière et les questions sociales. En revanche, le second a été signé à la suite de pressions de l'UE sur les activités offshore et la prévention du blanchiment d'argent.

Dans 2003, la France, l'Espagne et l'Andorre ont signé un autre accord sur la circulation et le séjour en Andorre des citoyens d'États tiers, coordonnant les exigences de visa (rendre l'Andorre conforme aux exigences de visa Schengen) et qu'Andorre accepte l'entrée avec les mêmes exigences d'entrée depuis l'Espagne ou la France. Cependant, cela ne s'appliquait qu'aux visiteurs.

D'un autre côté, Andorre a un accord monétaire avec l'UE signé en 2011 qui lui permet de convertir l'euro dans sa monnaie officielle et qui, après quelques mésaventures bureaucratiques, lui a également permis d'émettre ses propres pièces en euros. Le fait d'être dans la région de l'Union européenne juste entre l'Espagne et la France a favorisé un accord de ce style.

La crise financière et EPS

Comme nous l'avons commenté dans notre article sur le transformation d'Andorre, en raison de la crise financière qui a frappé particulièrement durement ce petit pays les dirigeants ont accéléré le processus de coopération internationale et de transparence. Cela est devenu plus évident après la crise d'image provoquée par l'affaire de la Banque Privée Andorrane (BPA) et la pression qui en a résulté de l'UE, entraînant finalement le retrait de la Principauté des listes noire et grise des paradis fiscaux de l'OCDE et de l'Union européenne. .

Après cela, Andorre a complètement changé son cadre fiscal, douanier et d'immigration, renouvelé ses accords d'échange d'informations fiscales et intensifié son contrôle sur le système financier. Il a également amélioré la réglementation en matière de prévention du blanchiment de capitaux et un accord administratif de coopération statistique a été signé pour s'adapter et s'harmoniser avec les normes fixées par l'OCDE et l'UE en matière de conformité fiscale internationale.

Le Conseil de l'UE a étudié ses relations avec les micro-États européens dit « fragmenté » (Andorre, Monaco et Saint-Marin) et après de nombreux débats sur la manière de traiter la relation avec eux au niveau administratif, il a publié en 2013 un rapport concluant que « la participation des pays de petite taille à l'EEE est pas considérée comme une option viable pour des raisons politiques et institutionnelles ». A) Oui, un seul accord multilatéral a été proposé avec les trois micro-États pour intégrer les micro-États dans le marché intérieur. Plus précisément, il a été évalué :

  • Maintenir les relations actuelles: cela signifie que ces pays ne peuvent pas profiter du marché intérieur et provoque une insécurité juridique.
  • Adhésion à l'UE: option irréaliste car les institutions et les exigences de l'Union européenne ne sont pas adaptées à de si petits pays et pourraient engendrer des désagréments institutionnels.
  • Entrée dans l'Espace économique européen: Elle n'a pas non plus été considérée comme viable pour des raisons institutionnelles, car l'adhésion sans être membre de l'UE entraîne d'autres associations avec des incompatibilités institutionnelles.
  • Accords d'association: Il a finalement été choisi comme option plus simple et plus viable. Pour ce faire, une partie commune serait d'abord convenue avec les trois États puis une partie spécifique avec chacun d'eux. Ils seraient commerciaux et économiques.

L'accord d'association

Les négociations pour l'accord d'association avec les trois pays ont commencé en 2015, bien qu'en Andorre elles se soient intensifiées en 2018. L'objectif est d'établir un cadre de relations juridiques qui permet de dynamiser, diversifier et internationaliser l'économie andorrane par la participation au marché intérieur commun comme un espace sans frontières économiques à travers lequel les biens, les personnes, les services et les capitaux circulent librement. Pour cela, il est structuré en trois blocs :

  • Accord-cadre: les règles communes de gestion de l'Accord sont établies pour Andorre, Monaco, Saint-Marin et l'UE, parmi lesquelles se distinguent un cadre institutionnel et les quatre libertés de circulation.
  • Protocole d'Andorre: aborde les dispositions qui prennent en compte les spécificités d'Andorre
  • Annexes: Ils contiennent les règlements techniques de l'UE (Directives, Règlements, Décisions, entre autres) avec les adaptations dont l'Andorre a besoin pour pouvoir les adopter.

De cette façon les négociations ont été menées en trois parties. D'une part, le gouvernement d'Andorre représenté par le secrétaire d'État aux Affaires européennes, d'autre part, l'Union européenne aux mains du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), et d'autre part, les différentes équipes de négociation de Monaco et Saint-Marin. L'accord suppose la engagement à intégrer l'essentiel de la « richesse communautaire » dans le système juridique andorran (ensemble de normes européennes en vigueur et que les états doivent respecter et appliquer ) tenant compte des spécificités andorranes.

Implications de l'accord entre Andorre et l'Union européenne

La première et la plus fondamentale des implications de l'accord est que Andorre accédera au marché intérieur de l'UE, avec lequel les personnes, les marchandises, les services et les capitaux pourront circuler librement entre les deux. Cependant, l'UE respectera les besoins spécifiques de la Principauté, en raison de sa taille géographique et démographique réduite. Ainsi, les Andorrans et les résidents pourront produire, étudier, vivre, acheter, travailler ou prendre leur retraite dans n'importe quel pays de l'UE et auront pleinement accès à tout produit ou service dans les mêmes conditions que les citoyens nationaux des États membres.

Plus important, Ce marché ouvrira également un large éventail d'opportunités pour l'économie andorranea, tant pour les secteurs consolidés, tels que le commerce, le tourisme et les services financiers, que pour les nouvelles activités, telles que les services spécialisés et les industries à forte composante d'innovation. Bien entendu, ces secteurs doivent respecter le flux communautaire de l'Union européenne qui sera intégré au droit andorran.

D'autre part aussi il permettra au pays de participer à l'élaboration des normes européennes et renforcera la sécurité juridique des citoyens et des entreprises. Concrètement, les personnes, entreprises, organisations, entités et institutions andorranes pourront échanger des expériences, recevoir des financements et rejoindre des réseaux de culture, de recherche et d'innovation, d'environnement et de PME, en pleine égalité de conditions avec les partenaires de l'Union européenne.

L'accord affectera-t-il les impôts en Andorre ?

L'accord d'association étant un accord économique et commercial, la fiscalité ne fait pas partie de son champ d'application. C'est pour ça que aucun changement dans le modèle fiscal actuel ou harmonisation des taxes n'est prévu aux taux appliqués dans l'UE. Les prestations et les cotisations sociales ne seront pas non plus harmonisées, même si les systèmes nationaux seront coordonnés pour éviter toute discrimination au détriment des travailleurs étrangers.

Les frontières physiques et les douanes seront-elles supprimées ?

Non, le maintien des frontières physiques est prévu car la fiscalité ne fait pas partie de l'accord d'association. La libre circulation des marchandises signifie que l'UE et l'Andorre n'appliquent pas de droits de douane ni ne remettent en cause la conformité technique des marchandises échangées. Cependant, En raison du maintien de la fiscalité andorrane à des taux bas, la présence de frontières physiques est nécessaire procéder à l'importation et à l'exportation de ladite marchandise.

En 1993, l'UE a ajouté comme obligation à la libre circulation des marchandises d'appliquer un taux de TVA minimum normal de 15% (beaucoup plus élevé que l'IGI andorran) et des taxes spéciales nettement plus élevées que celles d'Andorre. Le non-respect des frontières physiques serait associé à la nécessité d'effectuer, entre autres actions, ladite homologation fiscale. Le maintien des frontières physiques est donc nécessaire pour exclure la taxation du projet d'accord d'association, et maintenir l'autonomie fiscale.

Où l'accord agit-il alors?

Le projet d'accord d'association prévoit trois éléments:

  • Il maintient le contenu de l'accord commercial de 1990 toujours en vigueur mais étend le régime de l'union douanière aux produits agricoles et apporte une solution spécifique pour le tabac.
  • Il fournit l'équivalence technique nécessaire pour pouvoir effectuer des échanges commerciaux avec les pays de l'UE, de telle sorte que les frontières n'agissent qu'au niveau fiscal.
  • Il intègre des politiques complémentaires nécessaires pour garantir l'égalité des conditions entre les opérateurs économiques (comme la concurrence, les aides d'État ou les marchés publics).

Comment l'accord profitera-t-il à Andorre ?

Cet accord permettra, entre autres, d'assouplir les frontières et de faciliter les échanges, afin que les citoyens andorrans puissent travailler, résider et entreprendre, prendre leur retraite, etc. dans n'importe quel pays de l'Union européenne sur un pied d'égalité avec les nationaux, accéder aux programmes et instruments financiers de l'UE, ainsi qu'à ceux de formation et d'accompagnement des jeunes, et bénéficier d'une meilleure protection contre un conflit avec un partenaire ou un homologue de n'importe quel pays de l'UE.

En conclusion

Les relations actuelles entre l'Andorre et l'Union européenne sont étroites et fructueuses, mais elles se déroulent dans une série d'accords fragmentés et non standardisées qui impliquent une gestion difficile de celles-ci. Afin de rationaliser la gestion et d'approfondir la libre circulation des personnes, des capitaux, des biens et des services, il a été considéré comme l'option la plus réalisable de mettre en œuvre cet accord en termes économiques et commerciaux.

L'accord éliminera les obstacles au mouvement économique et donnera à Andorre une plus grande voix dans les décisions et les instruments européens, tout en maintenant l'autonomie andorrane., notamment en matière fiscale. Elle cherche ainsi à approfondir l'ouverture internationale andorrane, sa diversification, et son renouvellement de l'image de paradis fiscal qui traîne depuis si longtemps.

Laisser un commentaire

L'accord entre l'Andorre et l'Union européenne

Retrouvez-nous sur les réseaux

À propos de nous

Andorra Insiders est une plateforme professionnelle de services juridiques, fiscaux et comptables, spécialisée dans la création d'entreprises et l'implantation de personnes en Principauté. 

Partager sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Articles les plus récents