Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Pauvreté en Andorre et revenu des ménages

Un VPN est un élément essentiel de la sécurité informatique, que vous commenciez une entreprise ou que vous soyez déjà opérationnel. La plupart des interactions et transactions commerciales se produisent en ligne et VPN

Le 29 décembre de l'année dernière, le secrétaire d'État à la Diversification économique et à l'innovation, Marc Galabert, et le directeur du Département de statistique, Joan Soler, ont présenté l'Enquête sur les conditions de vie, une statistiques faisant état de la répartition des revenus personnels et du risque de pauvreté et d'exclusion sociale.

Ces données, collectées, rédigées et publiées annuellement, correspondent à l'année 2019 et ont été obtenues grâce à une enquête en face à face avec un échantillon arbitraire de 800 ménages de partout en Andorre. Dans cet article, nous allons procéder à l'analyse des conclusions les plus pertinentes qui peuvent être tirées de ces statistiques.

Le revenu moyen des ménages augmente

Galabert lui-même a indiqué que l'enquête révèle le fait qu'en 2019 le revenu moyen par unité de consommation est de 26245 euros, ce qui implique un Augmentation de 2.9% par rapport à 2018. De même, la médiane s'établit à 20 370 euros, soit une augmentation de 1,9% par rapport à l'année précédente.

La distribution des revenus présente également différences selon les groupes d'âge. Les moins de 16 ans sont ceux dont le revenu par unité de consommation est le plus bas, avec une médiane de 18 733 euros et une moyenne de 24 027 euros. Le groupe entre 16 et 64 ans a une médiane de 20 888 euros et une moyenne de 26 268 euros, et les personnes âgées de 65 ans et plus ont une médiane de 18 732 euros et une moyenne de 28 742 euros.

L'indice de Gini augmente également

La population a également été divisée en tranches de quintile de revenu (regroupant la population en cinq tranches) et il a été conclu que le revenu a légèrement augmenté dans les quintiles supérieurs (dans ceux qui ont plus de revenus) et sont restés stables dans les plus faibles. En effet, les quintiles supérieurs (entre 35 413 euros et 23 411 euros par an) ont augmenté leurs revenus entre 0,11 et 1,10 point. Cette augmentation implique qu'ils sont passés de l'hypothèse de 42% du chiffre d'affaires total en 2018 à 43.1% en 2019, qui se traduit par une croissance de l'indice de Gini (du 34 de 2018 au 35 de 2019).

L'indice de Gini prend des valeurs comprises entre 0 et 100 pour mesurer l'inégalité de telle sorte que 0 indique une répartition des revenus parfaitement égale, et 100 montre que l'inégalité dans la distribution est maximale. En tout cas ce Il reflète également le succès d'Andorre dans sa quête d'attirer des capitaux étrangers et une population à hauts revenus d'autres pays.

Ainsi, la différence de revenu n'est pas due à l'inégalité entre les classes aisées par rapport aux moins favorisées, mais parmi les classes les plus riches et les classes moyennes. Le gouvernement a déjà approuvé plusieurs mesures visant à améliorer le pouvoir d'achat des citoyens comme augmentation de l'heure interprofessionnelle au salaire minimum pour l'année 2021 d'un 3.5%.

En outre, le Conseil des ministres a approuvé le projet loi des mesures d'urgence en matière de location de propriétés urbaines et d'amélioration du pouvoir d'achat. Un texte qui prévoit également une augmentation jusqu'à 3,5% des pensions de la Caisse andorrane de sécurité sociale (CASS) dont le montant brut est inférieur au salaire minimum interprofessionnel et des pensions de solidarité.

En comparant ces données avec celles de l'Union européenne, on constate que les indicateurs d'inégalité en Andorre sont supérieurs à la moyenne, un fait typique des pays à revenu plus élevé, comme le Luxembourg ou la Suisse, comme détaillé par le secrétaire d'État.

Les frais généraux de loyer

Comme nous l'avons déjà discuté dans notre article sur le coût de la vie en Andorre, la dépense la plus élevée à considérer en tant que résident est le loyer de la maison. Et c'est qu'un pourcentage important de ménages aux revenus les plus faibles persistent et continuent d'avoir un surcharge causée par les frais de logement, ce qui signifie qu'ils dépensent au moins un 40% ou plus que ce qu'ils entrent pour faire face à ces frais de location.

Si la perception subjective de la situation des ménages s'est améliorée, «un pourcentage important de ménages du premier quintile persiste avec une surcharge des coûts de logement», a déclaré Solé. En termes générales, la population en surcharge des coûts de logement passe de 13,9% en 2018 à 14,3% de 2019.

Diminue la pauvreté sévère et relative

Cependant, comme Galabert l'a rappelé, une augmentation des inégalités ne signifie pas une augmentation de la pauvreté, et c'est précisément ce qui s'est passé en Andorre, où le taux de pauvreté est bien inférieur à celui de l'environnement.

Tout d'abord, on peut utiliser le seuil de risque de pauvreté qui, selon les critères d'Eurostat, correspond à 60% du revenu médian par unité de consommation. En 2019 (avec des données sur le revenu de 2018), le seuil de risque de pauvreté pour Andorre est de 12222 euros pour les ménages avec un adulte et de 25666 euros pour les ménages avec deux adultes et deux enfants de moins de 14 ans, et lLa population à risque de pauvreté était de 13%, inférieure à la moyenne de l'Union européenne de 17% mais plus élevé que l'année précédente (12.8%).

Bien que le 60% médian soit le seuil officiel de risque de pauvreté, d'autres seuils sont également calculés pour l'incidence de la pauvreté sévère (médiane 40%) ou relative de la pauvreté (médiane 50%). En ce sens, une diminution est observée dans les deux métriques: le pourcentage de la population vivant dans une pauvreté relative est passé de 8,9% en 2018 à 7,2 en 2019. celui de pauvreté sévère est passé de 4,4% à 4,1%. En fait, la pauvreté extrême en Andorre est également inférieure à la moyenne de l'Union européenne.

Faible privation matérielle sévère

Une autre métrique de l'enquête sur les conditions de vie (ACV) est la privation matérielle sévère, dont la proportion en Andorre est de 5,7%, selon les nouveaux critères introduits par Eurostat dans l'enquête 2019, qui ne permettent pas de la comparer avec l'enquête 2018 (3, 5%) en raison de la différence de méthodologie. Si les mêmes critères sont pris en compte entre 2018 et 2019, il y a une diminution, passant de 4,7% de 2018 à 3% de 2019. Ce chiffre est également nettement inférieur à la moyenne de l'UE (qui se situe ci-dessus 10%) ainsi que celle des pays voisins.

L'indicateur AROPE

L'indicateur AROPE (Risque de pauvreté et / ou d'exclusion) peut être considéré comme une combinaison d'indicateurs de risque de pauvreté, de privation matérielle et de faible intensité de travail. Cet indicateur augmente de deux points, de 15,5% à 17,5%, bien que cela soit dû à l'augmentation de l'ampleur de la privation matérielle sévère due au changement de méthodologie utilisée. En Andorre, cet indicateur est inférieur à celui du reste des pays européens, ce qui s'explique en partie par la faible intensité de travail.

Le secrétaire d'État a souligné les mesures prises par le gouvernement pour renforcer le pouvoir d'achat des citoyens du pays. Les actions et programmes menés par l'exécutif en matière sociale se démarquent. C'est le cas des dépenses publiques de protection sociale dans le pays, qui s'élèvent à 208,7 millions d'euros en 2019, un montant qui représente une augmentation de 8,11 TP1T par rapport à 2018, où 193,1 étaient alloués. millions d'euros dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Revenu des ménages et pauvreté en Andorre

Retrouvez-nous sur les réseaux

À propos de nous

Andorra Insiders est une plateforme professionnelle de services juridiques, fiscaux et comptables, spécialisée dans la création d'entreprises et l'implantation de personnes en Principauté. 

Partager sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Articles les plus récents